amélioration du sommeil

dans la maladie de Parkinson DE

RECHERCHE PARKINSON

Le centre médical universitaire Radboud de Nimègue mène de nombreuses recherches sur la maladie de Parkinson. Une étude par étapes est actuellement en cours sur les possibilités d’utilisation de la lumière bleue chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Les lunettes à lumière bleue ont été introduites comme une nouvelle méthode possible pour traiter les troubles du sommeil et de l’humeur chez les patients atteints de la maladie de Parkinson (MP). L’évaluation de l’acceptation du patient est une première étape importante vers des tests formels et une introduction à la pratique clinique. Les résultats de la première phase ont été publiés en juin dans Parkinson’s Disease (Hindawi) Volume 2019. Vous trouverez ci-dessous un résumé et un lien vers la publication.

RÉSUMÉ

Des lunettes lumineuses à lumière bleue monochromatique ont été introduites comme une nouvelle méthode possible de traitement des troubles du sommeil chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. L’évaluation de l’acceptation du patient est une étape importante vers les tests et l’introduction dans la pratique clinique. 58 Les patients atteints de la maladie de Parkinson utilisent des lunettes de lumière pendant au moins une semaine. 74% des répondants ont signalé des améliorations subjectives du sommeil nocturne, de la somnolence diurne, des symptômes dépressifs, des capacités motrices ou d’une combinaison de ces éléments. Tous les patients sauf un veulent continuer à utiliser les lunettes légères, généralement parce qu’ils y voient un outil utile.

CONCLUSION

La luminothérapie portable avec une lumière bleue monochromatique semble avoir un effet positif sur le sommeil, l’humeur et les symptômes moteurs dans la maladie de Parkinson. Les patients ont généralement une opinion positive des lunettes de lumière comme traitement des troubles du sommeil et de l’humeur. De nombreuses recherches ont déjà été menées sur la relation entre la lumière, le sommeil et la maladie de Parkinson. Les études offrent de l’espoir avec des résultats souvent spéciaux. L’expert lumière Toine Schoutens est impliqué de Chrono Eyewear BV (Propeaq) dans des études sur les effets de la lumière bleue spécifique dans la bande passante des lunettes brevetées Propeaq. Les résultats de la première enquête ont été publiés dans une revue internationale révisée par des pairs en juin 2019:

Lunettes de thérapie à la lumière bleue dans l’expérience des patients atteints de la maladie de Parkinson: Maladie de Hindawi Parkinsons:, Bastiaan Bloem PhD, Daniel van Wamelen PhD, Katarzyna Smilowska PhD du département de neurologie, Radboud University Nijmegen (NL) et Toine Schoutens de Chrono Eyewear BV, Tilburg le Pays-Bas.
Volume 2019 | Numéro d’article 1906271 | 4 pages | https://doi.org/10.1155/2019/1906271

Les conclusions de cette étude sont prometteuses.

SYSTÈME CIRCADIEN

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative caractérisée par la coexistence de symptômes moteurs et non moteurs. Les troubles du sommeil sont parmi les symptômes non moteurs les plus courants survenant chez jusqu’à 90% des patients; ces troubles du sommeil réduisent la qualité de vie et entravent le fonctionnement diurne. Dans la maladie de Parkinson, le système circadien semble influencer les symptômes moteurs et non moteurs. Par exemple, l’aggravation des symptômes moteurs (rigidité, tremblement et bradykinésie) indique une rythmicité circadienne anormale, la symptomatologie s’aggravant tout au long de la journée.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES VS LUMIÈRE BLEUE

Bien que de nombreuses stratégies pharmacologiques et non pharmacologiques différentes aient été introduites pour réduire les problèmes de sommeil dans la maladie de Parkinson, leur efficacité reste limitée. Les somnifères entraînent souvent des effets secondaires et parfois même une aggravation des symptômes. La lumière bleue est plus efficace pour réguler l’horloge biologique que les boîtes à lumière blanches polychromatiques traditionnelles. Les verres lumineux utilisés émettent de la lumière bleue via des sources lumineuses LED intégrées d’une longueur d’onde d’environ 468 nm à une intensité lumineuse de 35 à 40 Lux à 1,5 cm des yeux (0,9 µW / cm2).

COMMENT ET QUAND UTILISER LES LUNETTES LUMINEUSES

ENQUÊTE

Une enquête en ligne a été menée en février et mars 2018 auprès des patients ayant acheté les lunettes légères Propeaq. L’étude comprenait 10 éléments de l’échelle d’utilisation du système (SUS), complétés par 22 questions sur l’effet des lunettes. Au total, 39 questions ont été posées. La recherche a été approuvée par le comité d’examen d’éthique médicale du Radboud UMC.

RÉSULTATS

La durée moyenne de la maladie à partir du diagnostic de la MP chez les répondants était de 6,7 ± 4,6 ans. La plupart des patients (28/31, 90%) prenaient des médicaments, principalement des préparations de lévodopa. Sept répondants (24%) utilisaient des somnifères. La plupart des patients (23/31, 74%) ont utilisé les verres légers deux fois par jour: une fois le matin et une fois le soir pendant 30 à 60 minutes à chaque fois. Sur les 31 patients, 23 patients (74%) ont rapporté un effet des lunettes. Parmi ceux-ci, 16 patients (70%) ont signalé une amélioration du sommeil nocturne, quatre (13%) une amélioration de la somnolence diurne, cinq (16%) une amélioration des symptômes dépressifs et quatre (12%) une amélioration de la motricité. Cinq patients (16%) ont signalé des effets secondaires; un patient a signalé des crampes transitoires au mollet et deux autres patients ont signalé des nausées transitoires, de la fatigue, des maux de tête ou des étourdissements.

RÉSULTATS EN PHASE DE RECHERCHE 1

Résultats

Contexte scientifique

Vous trouverez ci-dessous une liste d’études sur la maladie de Parkinson ayant un rapport avec la lumière.

  • Wenjie Sun, Junqiang Yan, Jiannan Wu, Hongxia Ma ; Efficacité et sécurité de la luminothérapie comme traitement à domicile des symptômes moteurs et non moteurs de la maladie de Parkinson : une méta-analyse.

  • Ortuño-Lizarán I, Beach TG, Serrano GE, Walker DG, Adler CH, Cuenca N. Phosphorylated α-synuclein in the retina is a biomarker of Parkinson’s disease pathology severity. Trouble du mouvement. Mai 2018.

  • Price DL, Rockenstein E, Mante M, et al. Imagerie longitudinale en direct des dépôts rétiniens d’α-synucléine:GFP dans un modèle de souris transgénique de la maladie de Parkinson/démence à corps de Lewy. Sci Rep. 2016;6:29523.
  • Meng T, Zheng ZH, Liu TT, Lin L. Contralateral Retinal Dopamine Decrease and Melatonin Increase in Progression of Hemiparkinsonium Rat. Neurochem Res. Mai 2012;37(5):1050-1056.
  • Witkovsky P. Dopamine et fonction rétinienne. Doc Ophthalmol. Janvier 2004;108(1):17-40.
  • Videnovic A, Klerman EB, Wang W, Marconi A, Kuhta T, Zee PC. Luminothérapie chronométrée pour le sommeil et la somnolence diurne associés à la maladie de Parkinson : un essai clinique randomisé. JAMA Neurol. 2017;74(4):411-418.
  • Joyce DS, Feigl B, Kerr G, Roeder L, Zele AJ. La fonction pupillaire médiée par la mélanopsine est altérée dans la maladie de Parkinson. Rapports scientifiques. Mai 2018;8(7796):1-9.
  • Archibald NK, Clarke MP, Mosimann UP, Burn DJ. La rétine dans la maladie de Parkinson. Le cerveau. Mai 2009;132(5):1128-1145.
  • Lucas RJ. Mesurer et utiliser la lumière à l’ère de la mélanopsine. Trends Neurosci. Janvier 2014;37(1):1-9.
  • Glickman G, Byrne B, Pineda C, Hauck WW, Brainard GC. Luminothérapie pour le trouble affectif saisonnier avec des diodes électroluminescentes (DEL) bleues à bande étroite. Biol Psychiatry. Mars 2006;59(6):502-7.
  • Strong RE, Marchant BK, Reimherr FW, Williams E, Soni P, Mestas R. Narrow-band blue-light treatment of seasonal affective disorder in adults and the influence of additional nonseasonal symptoms. Dépression Anxiété. 2009;26(3):273-8.
  • Figueiro MG, Plitnick BA, Lok A, et al. Une intervention lumineuse adaptée améliore les mesures du sommeil, de la dépression et de l’agitation chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de démences apparentées vivant dans des établissements de soins de longue durée. Clin Interv Aging. 2014;9:1527-1537.
  • Anderson JL, Glod CA, Dai J, Cao Y, Lockley SW. Lux vs. longueur d’onde dans le traitement lumineux de la dépression saisonnière. Acta Psychiatr Scand. Sep 2009;120(3):203-12.
  • Willis GL, Turner EJ. Les caractéristiques primaires et secondaires de la maladie de Parkinson s’améliorent avec une exposition stratégique à la lumière vive : une étude de série de cas. Chronobiol Int. 2007;24(3):521-537.
  • Kessel L, Siganos G, Jørgenen T, Larsen M. Les troubles du sommeil sont liés à la diminution de la transmission de la lumière bleue à la rétine causée par le jaunissement du cristallin. Drag. Septembre 2011;34(9):1215-9.
  • Willis GL, Turner EJ. Les caractéristiques primaires et secondaires de la maladie de Parkinson s’améliorent avec une exposition stratégique à la lumière vive : une étude de série de cas. Chronobiol Int. 2007;24(3):521-537.
  • Willis GL, Moore C, Armstrong SM. Une justification historique et une analyse rétrospective de l’application systématique de la luminothérapie dans la maladie de Parkinson. Rev Neurosci. 2012;23(2):199-226.
  • Meng, T., Zheng, Z. H., Liu, T. T., & Lin, L. (2012). Diminution de la dopamine rétinienne controlatérale et augmentation de la mélatonine dans la progression du rat hémiparkinsonien. Recherche neurochimique, 37(5), 1050-1056.
  • Willis, G. L., Moore, C. et Armstrong, S. M. (2014). Maladie de Parkinson, lumières et mélanocytes : au-delà de la rétine. Rapports scientifiques, 4, 3921.
  • Willis, G. L., & Armstrong, S. M. (1999). Un rôle thérapeutique pour l’antagonisme de la mélatonine dans les modèles expérimentaux de la maladie de Parkinson. Physiologie et comportement, 66(5), 785-795.
  • Willis, G. L., & Robertson, A. D. (2005). Rétablissement de la maladie de Parkinson expérimentale chez le ouistiti traité au chlorhydrate de 1-méthyl-4-phényl-1, 2, 3, 6-tétrahydropyridine avec l’analogue de la mélatonine ML-23. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 80(1), 9-26.
  • Videnovic A, Klerman EB, Wang W, Marconi A, Kuhta T, Zee PC. Luminothérapie chronométrée pour le sommeil et la somnolence diurne associés à la maladie de Parkinson : un essai clinique randomisé. JAMA neurologie. 2017.
  • Willis GL, Turner EJ. Les caractéristiques primaires et secondaires de la maladie de Parkinson s’améliorent avec une exposition stratégique à la lumière vive : une étude de série de cas. Chronobiologie internationale. 2007;24(3):521-537.
  • Willis GL, Moore C, Armstrong SM. Une justification historique et une analyse rétrospective de l’application systématique de la luminothérapie dans la maladie de Parkinson. Revues dans les neurosciences. 2012;23(2):199-226.
  • Rutten S, Friend C, Smit JH, Berendse HW, van Someren EJW, Hoogendoorn AW, Twisk JW, van der Werf YD, van den Heuvel OA. Les effets de la luminothérapie sur la dépression chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et d’un trouble dépressif [under review].
  • Romenets, S. R., Creti, L., Fichten, C., Bailes, S., Libman, E., Pelletier, A., & Postuma, R. B. (2013). Doxépine et thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie chez les patients atteints de la maladie de Parkinson – une étude randomisée. Parkinsonism & related disorders, 19(7), 670-675.
  • Artemenko, A. R., et Levin, I. A. I. (1996). La photothérapie des patients atteints de parkinsonisme. Zhurnal nevrologii i psikhiatrii imeni SS Korsakova, 96(3), 63-66.
  • Pope S, Schmitz-Hubsch T, Wullner U, Vogel A, Klockgether T, Abele M. Bright light therapy in Parkinson’s disease : a pilot study. Mov Disord. 2007;22(10):1495-1498.
La cote www.propeaq.com à Webshop Trustmark Critiques est 8.5/10 selon les commentaires de 121.

Download ons gratis whitepaper
"Gezond werken in de nacht"